samedi 8 août 2015

J'étais un homme pressé

Couverture J'étais un homme pressé
Christian STREIFF

Résumé :

Un matin de mai 2008, le puissant patron de Peugeot Citroën, Christian Streiff, est terrassé par un AVC dans son bureau. Le corps est intact mais une partie de sa mémoire s'en est allée.
Ce livre est le récit de son combat pendant trois ans pour se délivrer de son handicap, et une terrible confrontation avec lui-même.
Le capitaine d'industrie, celui qui fut l'un des plus importants patrons de France, ne renoncera jamais à se projeter dans l'avenir, avec une seule ambition : accomplir ses rêves coûte que coûte. Parcourir le monde à pied, traverser le Pacifique à la voile, découvrir la nature en solitaire. Au cœur de la résolution de cette équation de l'homme pressé dans son métier et contemplatif dans ses passions, c'est un récit hanté par la perte d'une partie de soi et la nécessité de reconquérir un chemin.
Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, Christian Streiff a retrouvé les mots de la vie ordinaire, et construit une nouvelle carrière dans l'industrie, mais il laisse désormais "du temps au temps" pour nourrir la part intime de lui-même.



x Témoignage x Autobiographie x Médecine x
x Le Cherche-Midi x Coll. Documents x
x 148 pages x Mai 2014 x



Mon avis :

Tout commence avec une petite sieste.

Habitué des micro-siestes pour rester en forme,
M. Streiff ne s'est pas réveillé.
Du moins, pas aussi vite que d'habitude.

Cet homme était Président de PSA en 2008 et il nous explique comment il a surmonté son AVC. Un AVC qui qui provient - sûrement - de son surinvestissement professionnel.

C'est un thème qui m'a touché personnellement - je parle de l'AVC même si, avec le recul, je pense aussi au surinvestissement professionnel -, bien que de plus en plus de personnes y sont confrontées, directement ou indirectement.

C'est un livre assez représentatif de ses conséquences.
Parfois les séquelles physiques disparaissent, mais il reste toujours des traces invisibles...

Faire le deuil d'une vie liée au pouvoir de décision, ce n'est pas évident. Surtout pour un grand patron.
Même si ce deuil n'est pas terminé, on assiste à son combat quotidien contre l'aphasie (perte de la capacité de parler ou de comprendre un langage parlé) et à son combat pour rester actif dans le monde économique.

J'ai aimé cette petite lecture.
Il n'y a pas de pathos, c'est assez factuel
et très peu de termes techniques sont utilisés.

Pour les personnes intéressées par sa vie en tant que "Grand patron", le livre se concentre sur sa période de convalescence et très peu sur son métier.

Pour les personnes intéressées par sa vie personnelle, il reste très pudique. Ce que j'ai apprécié. On ne s'invite pas dans sa vie. Il nous invite à découvrir un pan de sa vie pour dénoncer certains faits, sans colère, et pour montrer qu'il ne faut pas abandonner.



Vous avez lu d'autres témoignages sur les AVC et leurs conséquences ?



Musique : Shadow of the day - Linkin Park