dimanche 4 octobre 2015

Le liseur du 6h27


Jean-Paul DIDIERLAURENT


Résumé :

Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l’usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu’il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d’une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie…


x Contemporain x Premier roman x
x Au Diable Vauvert x Mai 2014 x 224 pages x


Mon avis :


Suite au buzz sur Instagram
avec les hashtags
#Lireenfolio et #Leliseurdu6h27,
j'ai prié pour que ce livre
soit disponible à la bibliothèque.
Et oui, j'ai pu l'emprunter !
Mais pas en Folio.


Le style de l'auteur est concis et il ne s'embarrasse pas de décrire l'environnement des personnages. Ce qu'il décrit, ce sont les personnages et leurs activités, sans jugement.

L'intrigue commence avec Guylain Vignolle qui subit sa vie et son travail. Il aime lire. Son travail consiste à détruire les livres. Il sauve quelques pages d'une machine dévoreuse et il les lit dans le train du 6h27. Ceci est la base de la première partie du roman.

J'ai trouvé cette partie un peu fade, malgré les alexandrins, les poissons rouges et un monomaniaque.

Peut-être parce qu'un personnage dont les métier est de détruire les livres
alors qu'il aime lire, ce n'est plus si original ?

L'intrigue glisse vers la recherche d'une certaine Julie qu'on découvre d'après ses écrits trouvés dans le trains.

Certes, j'ai trouvé la fin un peu mièvre, mais cette seconde partie était parfois drôle avec les scènes dans la maison de retraite parfois intéressantes avec les écrits de Julie.

Ceci dit, c'est un premier roman
et j'accepte de laisser une chance
à l'auteur pour le prochain livre.

Pourquoi ?
Parce que la seconde partie avait plus de saveur
et que les manies quotidiennes
sont bien retranscrites.



Musique : You found me (Acoustic) - The Fray